fbpx

La classe prépa peut parfois faire peur. Il existe beaucoup de clichés autour de cette filière.

C’est pourquoi dans cet article, Sibylle va nous raconter son retour d’expérience en tant qu’étudiante en classe préparatoire ECS. Elle donnera également des conseils aux élèves de Terminale qui voudraient se préparer au mieux pour la classe préparatoire aux grandes écoles. Enfin, elle nous parlera de son compte instagram qu’elle tient en parallèle de ses études sur lequel elle partage son expérience sur la classe prépa.

C’est parti !

Bonjour Sibylle, pourrais-tu te présenter rapidement pour les lecteurs de réussirsaprépa ?

Je m’appelle Sibylle, je suis étudiante en première année en classe préparatoire ECS à Paris. Je viens de Terminale S. J’ai donc fait un Bac S avec l’option sciences de l’ingénieur et section européenne. Après le bac je me suis d’abord orientée vers une double licence Maths et Info. Avant de me réorienter vers la classe préparatoire ECS à la fin de ma première année.

Est-ce facile de se réorienter en classe préparatoire ECS (plus généralement en CPGE) après avoir fait une autre filière ?

Oui, il faut savoir que c’est totalement possible d’intégrer une prépa HEC après avoir fait un autre type d’étude. Dans ma classe nous sommes 3 à venir de réorientation : moi qui arrive de la fac, un élève qui vient de PACES et un autre d’une école post-bac. Les terminales sont prioritaires mais il est tout à fait possible d’arriver du supérieur. 

Pourquoi avoir choisi la classe préparatoire ECS ?

Pour ma part, j’ai choisi la classe préparatoire ECS parce que c’est une filière pluridisciplinaire. Il y a des matières dans de nombreux domaines et de façon assez équilibrée. C’est très varié. Nous avons 12 heures de mathématiques, 6 heures de Langues, 6 heures de culture générale, 6h de géopolitique. C’est donc très varié et c’est ce qui m’a attirée. 

Pour savoir si l’on est fait pour la classe préparatoire ECS, il faut se demander si l’on est intéressé par de nombreux domaines. Il y a un peu de tout donc il faut être curieux et capable de s’intéresser à tout. Un profil qui n’est bon que dans une matière et qui délaisse les autres aura plus de difficultés en classe préparatoire ECS.

Comment vis-tu la classe préparatoire ECS ?

Maintenant je vis très bien la classe préparatoire. J’ai trouvé des amis avec qui je m’entends très bien et qui me soutiennent énormément.

Je pense qu’il est important de mettre fin aux clichés de la classe préparatoire selon lesquels il y a une concurrence entre les élèves au sein d’un même lycée. Il n’y en a pas dans la grande majorité des prépas. On vit tous les mêmes difficultés face à la charge de travail, et le fait de le savoir nous encourage à nous soutenir mutuellement et à nous entraider. 

étudiants en classe préparatoire ecs

En fait, je pense que nous passons tous en moyenne une fois dans l’année par une phase plus difficile. Il faut s’y attendre mais pas avec anxiété car c’est dans ces moments que d’autres personnes de notre classe vont être là pour nous motiver et nous réconforter. La prépa reste très dure de manière générale mais avec un groupe d’amis solide, on s’en sort très bien. 

D’ailleurs, une fois que l’on a surmonté ce moment difficile, une fois que l’on a retrouvé son rythme de travail et de vie personnelle, la prépa paraît tout d’un coup beaucoup plus agréable. L’important, en somme, c’est de savoir bien s’entourer pour vivre ces deux années au mieux.

Qu’est-ce que tu aimes le plus en classe préparatoire ECS?

Au delà de la difficulté, je pense que la prépa est avant tout quelque chose de très intéressant. Il existe peu d’endroits où l’on peut apprendre autant de chose : que ce soit en terme de connaissances ou en terme de méthode de travail, d’organisation etc… Ce sont des choses qui nous serviront toute la vie, aussi bien dans la vie professionnelle que personnelle. On apprend énormément de choses sur soi même et sur notre façon de fonctionner pendant la prépa. Il faut apprendre à gérer les erreurs, à aller de l’avant, à prendre sur soi et à gagner en confiance. Ce sont des leçons qui nous serviront toute la vie.

D’un point de vue étude, la prépa est très enrichissante car les profs qui sont là sont passionnés par leur matière et très diplômés. Ils ont beaucoup de connaissances et prennent plaisir à les partager. Ils sont là pour nous pousser à notre maximum et font tout pour que l’on réussisse au mieux nos concours. Ils nous connaissent bien et ils sont toujours prêts à répondre à nos questions et à nous donner des pistes d’améliorations.

As-tu des méthodes pour être plus efficace en classe préparatoire ECS ?

méthode de productivité en classe préparatoire ecs

Pour ce qui est du travail en classe préparatoire de manière plus générale, il existe deux règles fondamentales que les professeurs nous rabâchent constamment mais qui sont vraiment importantes :

  • Il ne faut pas prendre de retard sur les cours 
  • Il ne faut pas faire d’impasse.

Pendant les semaines où l’on a beaucoup de travail à fournir dans une matière (par exemple à la fois une colle de maths et un DS de maths, le danger est de faire l’impasse dans les autres matières). C’est vraiment à éviter, c’est le meilleur moyen d’accumuler un retard sans fin.

Pour ce qui est de mon organisation personnelle, j’utilise une to-do list quotidiennes car c’est plus flexible qu’un planning de travail et c’est super satisfaisant. C’est plus flexible car il est possible d’avoir un to-do list différente chaque jour, modifiable pendant la journée. Et c’est vraiment satisfaisant de cocher les tâches que l’on a réussies à terminer. 

J’utilise mes to-do lists pour organiser mes cours mais aussi les tâches domestiques (les courses, la vaisselle, etc) pour ceux qui vivent seuls en appart. Je centralise toutes mes to-do list dans un carnet pour pouvoir revenir dessus facilement et y rajouter des choses au fur et à mesure que j’y pense. Ca m’évite de me déconcentrer quand je travaille, je note les idées qui me viennent et je peux ainsi directement me concentrer. 

A la fin de la journée je regarde ce que j’ai réussi à faire et pour le reste je décide d’abandonner ou de reporter. 

Pour le travail en lui-même, j’utilise beaucoup des timers et des chronos (applications téléchargeables facilement). J’associe à chaque tâche sur ma to-do list un temps pour réaliser la tâche. Cela me permet d’être en théorie capable de tout faire et de m’obliger à travailler en temps limité.

Concrètement, pour une tâche donnée, je lance un chronomètre et si celui-ci est fini : soit j’ai fini et dans ce cas tant mieux soit je n’ai pas fini et dans ce cas je rajoute du temps ou alors je reporte à un autre jour.

Une méthode que j’affectionne particulièrement avec les timers, c’est la méthode pomorodo. Pour ceux qui ne connaissent pas cela consiste à travailler pendant 25 minutes puis prendre 5 minutes de pause et ainsi de suite. Au bout de 4 séances de 15 min, on prend une pause de 15 minutes. Je trouve que c’est vraiment efficace. Au CDI ça me permet de souffler entre deux exos, de poser une ou deux questions à mon voisin avant de me lancer dans ma tâche suivante. 

Une autre astuce d’organisation et d’apprentissage c’est l’application anki qui permet de favoriser l’apprentissage à long terme et qui permet d’apprendre ses cours et d’organiser en quelque sorte ses révisions. L’application propose chaque jour un certains nombres de nouvelles cartes apprendre et nous fait réviser les anciennes cartes selon qu’on les connaissait plus ou moins bien la fois précédente. AInsi il n’y a pas besoin de s’interroger sur ce qu’il faut réviser chaque jour et cela permet un apprentissage sur le long terme donc idéal pour les concours.

Pour finir, le meilleur moyen de progresser est de s’inspirer des meilleurs. Il y aura nécessairement des gens meilleurs que vous. Il faut en profiter pour leur demander des conseils : leur demander comment ils travaillent, comment ils révisent. Ca va vous permettre de progresser car ils vont vous donner des méthodes qui marchent pour eux et qui peuvent fonctionner pour vous ou qui du moins valent le coup d’être essayées.

Peux-tu nous parler de ton compte studygram ?

(Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est : c’est EN GROS un compte sur lequel un étudiant partage son expérience étudiante : il peut ainsi se motiver lui-même et motiver les autres, mais Sibylle va nous en dire plus)

J’ai créé mon compte study en novembre, donc assez tôt dans l’année scolaire. Je l’ai créé car j’avais lu un article sur les comptes studygram en prépa et j’ai trouvé ça incroyable que des gens arrivent à trouver du temps pour réaliser ce genre de projets en parallèle de la prépa. En novembre j’ai eu une grosse baisse de motivation donc créer ce compte c’était pour moi comme un challenge personnel et aussi une source de motivation. Pour ma part je pense que mon compte m’a aidé dans certains moments où il était plus dur de me motiver.

Pourquoi tenir ce compte te motive-t-il ?

Lorsque je partage mes méthodes, mes astuces, mes conseils, je suis obligée de faire le point sur ces méthodes, sur ce que je mets en place pour travailler. Cela me permet par ailleurs de me remettre en question et de voir ce que je peux mieux faire et comment je peux améliorer mon travail. 

J’ai toujours aimé transmettre et cela me motive beaucoup de partager des conseils à une petite communauté. Je me dis que ça peut peut-être en inspirer d’autres à faire de même. De la même façon, le fait de suivre d’autres comptes studies me permet de voir d’autres méthodes de travail et de me redonner un petit gain de motivation quand j’ai des petits moments de mous. En plus de cela, avec le temps les gens interagissent plus sur mon compte, partagent leurs propres astuces ou leur expérience en prépa et cela m’aide à améliorer ma façon de travailler.

Cependant, c’est indéniable que ça prend un peu de temps, surtout si on veut alimenter son compte régulièrement. Je pense néanmoins que c’est un rythme à prendre et pour le moment je m’en sors plutôt bien. Je pense que tant que mon compte ne représente pas une menace pour mes études, je le continuerai. Mais je m’imagine assez mal continuer pendant la période des concours et je pense que je serais moins active à ce moment.

Quel sera le futur de ton compte studygram (après ta prépa)?

Le moment difficile sera au moment des concours. Mais j’ai super hâte d’en avoir fini pour continuer à tenir ce compte et de manière plus active. Je suis pressée d’avoir un peu plus de temps à accorder à ce compte et pouvoir continuer de partager mon expérience après la prépa une fois en école de commerce. 

Merci beaucoup Sibylle pour ton retour d’expérience.

Si vous êtes en prépa ou même si vous faites des études et que vous avez envie de suivre Sibylle pour suivre son expérience en classe préparatoire ECS, Abonnez sur son instagram ici.