fbpx

Les classes préparatoires aux grandes écoles ECE, ECT, ECS (prepa HEC) au même titre que les autres classes préparatoires, sont associées à des mythes, des croyances, qui ont la vie dure.

Vous est-il déjà arrivé de penser qu’en prépa HEC, vous alliez être surchargé de travail, que vous n’alliez plus dormir, avoir des mauvaises notes, ne plus voir vos amis etc. ?

Dans cet article, vous verrez que ces croyances sur la classe prépa commerciale sont pour la plupart des idées reçues.

Le problème est que si vous ne comprenez pas qu’il s’agit d’idées reçues, vous risqueriez de les prendre comme des nécessités, et vous risqueriez de les appliquez alors qu’il ne le faut pas !

Si vous êtes en Terminales (S, ES, L, STMG), cet article vous intéressera car vous en apprendrez plus sur la prépa ECS, ECE, ECT (les trois types de prépa commerciale).

Croyance numéro 1 : En prepa HEC, vous n’aurez plus de vie sociale

La première croyance consiste à penser qu’en prépa HEC, les étudiants n’ont plus de vie sociale.Cette croyance n’est pas forcément fausse mais c’est beaucoup plus compliqué que ça.

Evidemment, si pour vous, avoir une vie sociale, c’est sortir avec ses amis 4 fois par semaine et tous les samedi soir, vous risquez d’être déçu en prépa HEC car il va falloir réduire ce rythme et se mettre plus sérieusement au travail.

Je ne vais pas vous vendre du rêve dans cet article en vous disant qu’il n’est pas obligatoire de travailler en prépa HEC. Si c’est ce que vous souhaitiez entendre, vous pouvez quitter l’article.

En revanche, je crois réellement en l’efficacité du travail : la quantité de travail que vous effectuez ne suffit pas. Cela signifie donc que pour bien travailler, il faut aussi être en capacité de travailler efficacement.

Or, pour travailler efficacement, il est nécessaire de prendre des pauses dans la semaine. Chacun aura ses moments privilégiés pour prendre des pauses. Pour certains, il sera nécessaire de prendre une pause le samedi soir, pour d’autres ce sera le samedi après-midi et encore pour d’autres le dimanche.

Si vous êtes irréprochables la semaine vous pouvez même produire un travail minimal le week-end.

Mais ce qu’il est important de signaler c’est que peu importe le nombre de pauses que vous prenez, cette question se pose surtout en première année.

Il est totalement légitime de s’accorder ce genre de pause en première année pour assurer la transition entre la terminale et la classe préparatoire commerciale.

Néanmoins, arrivés en deuxième année, vous risquez de vous même moins ressentir l’envie de sortir et d’avoir une vie sociale si vous réussissez à rentrer pleinement dans votre objectif de réussite aux concours.

Ce qui est important de retenir c’est qu’au delà du fait de se poser la question s’il faut ou non avoir une vie sociale, si vous êtes réellement motivés, cela se fera naturellement et sans douleur.

Croyance numéro 2 : En prépa HEC, vous ne dormirez plus la nuit pour pouvoir travailler

Ici, il s’agit d’une grosse erreur. Voire d’un mythe.

Il y a l’image caricaturale de l’élève de prépa qui ne dort pas pour pouvoir travailler plus et rendre ses devoirs. Or, il s’agit d’une erreur fondamentale.

Comme je l’ai dit précédemment, la quantité de travail est bien mais pas nécessaire, il faut aussi avoir une qualité de travail. Il faut être aussi en pleine forme au moment de travail pour être efficace.

C’est pour cela qu’il est important de bien dormir. Chaque personne devrait dormir entre 7 et 9 heures par jour.

De plus, ne pas dormir se fait souvent pour les mauvaises raisons :

  • Ne pas dormir pour rendre un DM pour le lendemain
  • Ne pas dormir pour réviser pour un DS qui a lieu le lendemain
  • Ne pas dormir pour réviser une interrogation de vocabulaire

Dans tous ces cas, il s’agit d’une grosse erreur fondamentale plus profonde qui vous pousse à travailler avec acharnement pour chaque note en prépa HEC alors que votre objectif est de trouver un rythme stable pour préparer le concours.

Apprenez à ne plus vous préoccuper de ce que peuvent penser les professeurs, ou même les autres de ce que vous faites en prépa HEC, travaillez pour vous et commencez à pensez à vous : dormez. C’est le meilleur service que vous pouvez vous rendre.

Croyance numéro 3: La prépa HEC n’est réservée qu’à une élite

Cette croyance est fondée car cela a été le cas pendant de nombreuses années. Il faudrait donc plutôt parler au passé.

Pendant de nombreuses années, la classe préparatoire commerciale HEC était réservée à trois types de personnes que je regroupe dans la catégorie élite (plus large que l’appellation classique).

  • L’étudiant qui arrive en prépa HEC et qui a déjà une personne de sa famille qui a fait une prépa HEC. Il bénéficie alors d’une grande aide car il sait exactement ce qu’il doit faire dans chaque matière. Il sait ce qui vaut le coup et ce qui ne sert à rien. Comme ses camarades ne bénéficient pas de cette aide, il bénéficie d’une concurrence déloyale.
  • L’étudiant génie : C’est l’étudiant un peu cliché qui n’a pas besoin de beaucoup travailler pour réussir tout ce qu’il entreprend. Bien souvent, il a sauté plusieurs classes et a obtenu plus de 20/20 au bac et s’en veut car il n’a eu que 19/20 en histoire-géographie.
  • L’étudiant blindé : c’est l’étudiant qui n’est pas forcément très talentueux mais qui compense par son argent et qui peut se payer des cours particuliers à 50 euros / heure dès qu’il a la moindre difficulté dans une matière.

Mais aujourd’hui, vous n’êtes plus obligé de faire partie de cette élite pour réussir vos concours. Il y a d’autres moyens qui sont permis par internet.

  • Vous pouvez maintenant trouver des témoignages d’étudiants qui ont fait une prépa HEC
  • Pas besoin d’être un génie. La prépa HEC présente des failles qui permettent d’avoir de très bons résultats quand on les connait
  • Pas besoin d’être riche pour réussir grâce à internet et tous les conseils donnés gratuitement dessus.

Vous pouvez d’ailleurs retrouver tous nos conseils gratuitement en vous abonnant au mail de la semaine. Ce mail a pour objectif de vous donner plein d’astuces centralisées en un mail par semaine pour ne pas s’éparpiller.

Croyance numéro 4 : Vous devez être un excellent élève de Terminale pour pouvoir prétendre aller en prépa HEC

 

Cette croyance a la vie dure est n’est que pure croyance.

 

Premièrement, la notation entre les lycées est totalement différente donc il ne sert à rien de mener des comparaisons entre des étudiants de différents lycées.

 

Ensuite, il faut prendre en compte votre niveau d’implication. Certains élèves travaillent comme en prépa en Terminales donc ils n’ont plus vraiment de marge de progression en prépa HEC alors que certains élèves qui ont peut être des notes moyennes en Terminales ont encore beaucoup de marge pour se mettre au travail.

 

Enfin, ce qui est demandé en prépa est réellement différent de ce qui était demandé en Terminale. Beaucoup d’étudiants qui sont moyens en Terminales se révèlent en prépa et se mettent à cartonner. Il y a beaucoup d’exemples de personnes ayant intégré HEC, ESSEC ou l’ESCP alors qu’ils n’ont pas eu de mention au BAC.

 

Mais pour réussir, il faut croire en soi et s’en donner les moyens…

 

Croyance numéro 5 : vous devrez beaucoup travailler en prépa commerciale HEC

 

Malheureusement, cette croyance est en partie vraie.

 

Pour réussir, il vous faudra certes travailler, c’est nécessaire, mais pas suffisant.

 

La quantité de travail ne suffit pas, la qualité de travail compte aussi comme je vous l’ai dit précédemment.

 

Il y a deux clés pour avoir un travail efficace

 

  • Vous devez être productifs (ici l’idée est de compter votre travail en tâches effectuées plutôt qu’en nombre d’heures effectuées)
  • Vous devez travailler les bonnes choses. Pour cela, nos articles sur la méthodologie risquent de vous aider.

Pour résumer, cette croyance est une réalité mais elle ne suffit en rien à réussir sa prépa HEC.

 

Croyance numéro 6 : Vous ne réussirez à intégrer les meilleures écoles seulement si vous venez des meilleures prépas parisiennes

 

Cette croyance est limitante. Elle va vous faire croire que puisque vous êtes dans une prépa moins côtée dans les classements en prépa HEC, vous ne pourrez pas intégrer les meilleures écoles.

 

Or, il faut bien comprendre qu’il ne s’agit que de statistiques. Ces statistiques se répètent d’années en années donc elles prouvent une certaine régularité et donc une probabilité plus élevée d’intégrer les meilleures écoles quand on vient des meilleures prépas.

 

Mais ces prépas n’ont pas de mal à être dans les meilleures : elles ne recrutent que des dossiers de Terminales excellents et virent la moitié de leurs élèves entre les deux ans.

 

De ce fait, il est tout à fait possible d’intégrer les meilleures écoles de commerce en venant d’une petite prépa si :

 

  • Vous croyez en vous et arrivez à être exigent avec vous-même (vous risquez d’être avec des étudiants qui ne visent pas les mêmes écoles que vous)
  • Vous vous renseignez en ligne, sur reussirsaprepa, sur les bonnes pratiques pour bien travailler
  • Vous arrivez à vous détacher des conseils de vos professeurs qui ont l’habitude de s’adresser à une moyenne d’élève qui ne vise pas les mêmes écoles que vous.

Croyance numéro 7: Les notes sont très dures en prépa commerciale HEC

 

Les notes peuvent effectivement être basses lorsque vous arriverez en classe prépa. Mais il ne s’agit que d’une stratégie des professeurs pour vous motiver : ils n’ont qu’à augmenter les notes petit à petit pour vous pousser à continuer à travailler. Pour une fois c’est une très bonne stratégie de leur part.

 

Bon, après, ne croyez pas avec cette raison que lorsque vous avez 6, vous valez en réalité 15 et que votre prof vous a sous-noté pour vous faire progresser ensuite, vous ne valez pas forcément plus.

 

Mais ce qui est sûr c’est que lors des premières notes, le professeur ne vous sur-notera pas.

 

Mais ces notes ne doivent pas paraître difficile à encaisser.

 

Les notes ne signifient plus rien en prépa. Elles n’ont aucune incidence sur votre dossier, sur votre concours.

 

Il faut donc réussir à se détacher complètement des notes en ABSOLU mais raisonner RELATIVEMENT.

 

Vous commencez peut être aujourd’hui à 5 mais si vous progressez à 7, vous aurez gagné deux points : comment voulez-vous avoir une grande progression à long terme si vous commencez haut dès le début de votre prépa ?

 

Il faut sortir de cette idée selon laquelle il est important d’avoir des bonnes notes comme en Terminales ou comme en FAC, votre objectif est unique : les concours et la progression d’ici là.

Plus de contenu de Reussirsaprepa :