fbpx

L’ESH est votre première matière en prépa ECE. C’est celle qui présente le plus de coefficients en ECE avec les mathématiques. C’est une matière principale donc il est normal de lui accorder beaucoup de temps. Cependant, vous devez aussi laisser de la place pour les autres matières. Il faut donc être efficace. Nous verrons donc dans cet article comment travailler efficacement l’ESH pour ne pas qu’elle vous prenne 50 heures par semaine.

Gérer la variance de l’ESH

L’un des inconvénients de l’ESH c’est que c’est un peu aléatoire. Certains correcteurs sont plus sensibles à l’histoire, d’autres sont plus sensibles à l’économie technique (les mécanismes). Par exemple, certains vont apprécier que vous donniez toutes les dates possibles du chapitre dans votre copie tandis que certains vont adorer que vous donniez les mécanismes exacts de la création monétaire.

Ce sont des éléments que vous ne pouvez pas contrôler mais vous pouvez en tirer partie en essayant de donner le meilleur de vous-même dans toutes les catégories.

L’objectif va donc être de ne pas faire l’impasse sur les chiffres, sur les dates, sur les mécanismes en apprenant tout ce qui est nécessaire dans chaque catégorie mais en étant capable de supprimer le superflu.

L’avantage d’avoir plusieurs épreuves d’ESH

L’un des avantages des épreuves d’ESH, c’est qu’il y en a trois. Trois pour les trois parisiennes. Cela a pour avantage de limiter la variance de l’épreuve si vous visez le top 5, ou même le top 3. Il vous suffit de réussir une épreuve sur trois pour avoir une parisienne si vous êtes bons dans les autres matières.

Ce conseil ne doit pas justifier de faire l’impasse sur certains chapitres mais doit permettre de relativiser la variance qu’il peut exister autour du correcteur. Ca doit aussi en quelque sorte réduire votre stress.

Il est probable d’avoir un correcteur exigent, en avoir trois est beaucoup plus rare.

Pour ceux qui sont plus faibles en économie, avoir trois sujets peut être intéressant, il est aussi fort probable qu’il y ait un sujet qui vous plaise bien et qui vous permette d’avoir l’école de vos rêves grâce à une note inespérée. Si je prends l’exemple de 2019, beaucoup de personnes ont eu des mauvaises notes aux dissertations HEC et ESSEC mais ont eu de très bonnes notes sur la dissertation ESCP à propos du développement durable, ce qui leur a permis pour la plupart d’intégrer une parisienne alors que leurs notes au cours de l’année n’étaient pas exceptionnelles.

Toutes ces informations devraient vous motiver à travailler l’ESH. Plus vous travaillerez, plus vous aurez de chance d’avoir ce genre de sujets que vous maîtrisez très bien et sur lesquels vous ferez la différence.

J’insiste sur le fait qu’il faut travailler beaucoup. Qu’est-ce que ça veut dire concrètement, apprendre tous les auteurs ?

Faut-il apprendre tous les auteurs en ESH ?

Avant de commencer à apprendre tous les auteurs du programme, il y a un auteur que vous devriez écouter. Il s’agit de Pareto. Il énonce la théorie des 80/20 selon laquelle 80% des résultats sont causés par 20% des causes.

Cela s’est vérifié empiriquement au niveau des entreprises mais ce qui est bien c’est que cela s’applique également au niveau de votre travail. 20% de votre cours bien appris va vous apporter 80% des résultats. Ainsi, ce que cela veut dire c’est que 20% de vos auteurs classiques vont vous apporter 80% de vos résultats.

Donc il s’agit dans un premier temps d’être capable de séparer vos auteurs en catégories. Repérez les 20% des auteurs principaux de chaque chapitre et assurez-vous de les maîtriser totalement avant de vouloir en apprendre plus.

Pour être sûr de maîtriser un auteur, il ne suffit pas de lire et relire sa fiche, il faut être capable d’exprimer clairement la pensée de l’auteur (sur une feuille blanche, à l’oral) avec les bons mots.

Attention, l’un des risques est de passer trop de temps sur son cours pour apprendre un maximum d’auteurs en se disant que plus on passe de temps à en apprendre, plus on va en connaitre et meilleure la note sera. Ce raisonnement est vrai mais au bout d’un moment il n’est plus vrai. Ce nouvel auteur va-t-il être plus utile ou est-ce qu’il vaut mieux que j’apprenne à appliquer mon cours ?

Je vais ici faire une métaphore qui vous permettra peut-être de comprendre. Je vais prendre l’exemple de la course à pied. Pour préparer une course, par exemple une course de 10km, il faut s’entraîner à plusieurs allures. Certains entraînements doivent être longs à allure lente et d’autres plus courts avec plus d’intensité (les fameux entraînements fractionnés). En général, les gens sont plutôt consistants sur ce type entrainement mais ils oublient les entraînements à l’allure de la course : à allure moyenne. Ce sont des entraînements où l’on va courir à l’allure visée le jour de la course (plus rapidement que lors d’un footing et moins rapidement que lors d’une séance de 30/30).

En ESH c’est pareil : les étudiants font beaucoup de séance longues (lire des livres, ficher leur cours), du fractionné (lire leurs fiches [et encore, pas tous]) mais oublient de s’entraîner en conditions réelles, en allure spécifique.

Ils oublient pourtant ce qui est très important : s’entraîner à faire des plans d’entrainement. En effet, on n’apprend pas à faire du vélo en lisant la notice, on apprend en essayant, en tombant. Ainsi, ne tombez pas dans l’erreur de trop apprendre votre cours sans appliquer celui-ci sur de vrais sujets tombés les années précédentes.

L’idéal est de faire un plan détaillé sans trop développer pour ne pas perdre trop de temps à rédiger (cela peut cependant être utile si vous avez des problèmes de rédaction) et d’ensuite de l’envoyer à votre professeur pour qu’il puisse vous le corriger. Attention cependant, il faut ensuite bien le reprendre pour qu’il vous soit le plus bénéfique possible. Il doit être repris aussi attentivement qu’un DS pour qu’il vous soit le plus utile possible.

Les chiffres et les dates : utiles ou pas ?

Certains professeurs sont plus sensibles que d’autres à l’utilisation des chiffres et des dates. Il est pourtant spécifié dans les attentes du jury qu’il faut utiliser des chiffres et des dates dans la dissertation. Donc il est préférable d’en mettre et beaucoup.

Combien faut-il apprendre de chiffres ?

La clé pour être efficace à ce niveau c’est d’être malin. Il faut repérer les chiffres que vous pouvez replacer facilement. Quand vous voyez que le chiffre est trop spécifique, laissez-le tomber. Il y a une différence fondamentale entre les auteurs et les chiffres. A l’écrit, on vous reprochera de ne pas avoir mis un auteur en particulier (exemple : Schumpeter sur l’innovation) mais on ne vous reprochera pas de ne pas avoir un chiffre en particulier. La seule contrainte est qu’il faut des chiffres et qu’ils soient cohérents avec le sujet.

L’idéal : repérez dans chaque chapitre les chiffres principaux et que vous pouvez replacer dans plusieurs chapitres. Dès que vous allez parler d’un événement dans votre copie, ajoutez sa date, ajoutez un chiffre à propos. Ensuite, à vous d’essayer de les recaser. Il y a souvent moyen de les mettre dans les argumentations.

Il est intéressant d’associer un couple auteur, chiffre, date.

Exemple : Taylor développe une organisation scientifique du travail grâce à une double division du travail (auteur). Entre 1898 et 1901 (dates), il réduit la main d’œuvre de 600 ouvriers à 140 (chiffre) ouvriers tout en augmentant le salaire de chaque ouvrier de 60% (chiffre).

Pour les dates, apprenez les dates des auteurs mais aussi les dates des événements les plus importants (par exemple les traités dans la constitution européenne). Beaucoup de dates sont facultatives et sont un bonus si vous les mettez.

Pour faire une comparaison, vous devriez apprendre par cœur les dates des événements principaux du programme aussi bien que les définitions des concepts principaux. Vous devriez également apprendre d’autres dates indispensables aussi bien que les chiffres.

Quant aux titres d’ouvrage, il est préférable de les apprendre.

C’est très fastidieux à apprendre mais l’effet sur le correcteur est garanti. Je conseille d’au moins d’apprendre la date de chaque auteur et d’ensuite apprendre le titre d’ouvrage sur les auteurs principaux.

Dans tous les cas, utilsez anki pour faciliter l’apprentissage de tous ces éléments.

Voilà, vous êtes prêts à apprendre efficacement l’ESH.