fbpx

Une bonne contraction de texte commence par une bonne lecture des textes proposés.

Les épreuves similaires à la contraction de texte, qui demandent de résumer/utiliser un texte pour faire une texte, sont au nombre de 3.

Il y a la contraction de texte BCE qui compte pour toutes les écoles de la BCE sauf l’ESCP. Il y a également la synthèse de textes qui compte pour l’ESCP. Il y a enfin le résumé de texte qui compte pour Ecricome.

Dans les trois cas, il faut être capable de lire un texte assez rapidement, d’en tirer le plus pertinent pour ensuite répondre au mieux aux consignes de l’épreuve.

Dans la contraction de texte, dans la synthèse, dans le résumé de texte, il y a un point commun : le fait de savoir lire des textes.

Il faut être capable de le lire rapidement (en fonction de l’épreuve) et d’en tirer les informations principales pour ensuite faire l’exercice demandé.

C’est un exercice qui est difficile en soi. Il est plus facile pour des personnes qui ont l’habitude de lire et beaucoup plus difficile, à l’inverse, pour d’autres qui n’ont pas du tout l’habitude de lire.

Les difficultés rencontrées peuvent être la difficulté de compréhension du texte (un vocabulaire compliqué), la difficulté de concentration (au bout d’une ligne je pense à autre chose) etc…

Voici donc 6 astuces pour réussir à mieux lire un texte et réussir les épreuves de résumé de texte.

1 : Travailler sur le titre de la contraction de texte

Tout d’abord, il est important de ne pas négliger l’apport du titre. Il est important de bien l’analyser.

Il est l’accroche du texte et il peut révéler de nombreux indices sur la suite du texte.

En effet, sachez qu’il est beaucoup plus facile de comprendre un texte quand on sait de quoi il parle.

Les sous-titres sont aussi importants et vont vous permettre bien souvent de saisir les éléments principaux du texte.

Parfois, ce n’est pas le cas, mais ne vous inquiétez pas, vous pouvez tout de même comprendre le texte par d’autres moyens.

En un coup d’œil, il est important de repérer la nature du texte : est-ce que c’est un article, l’extrait d’un roman ? Le texte est-il uniquement informatif ou exprime-t-il un point de vue, une opinion ?

Vous devez également repérer l’émetteur et le récepteur du texte. Qui a écrit ce texte et à qui s’adresse-t-il (à une seule personne ? A une catégorie de personne ?)

Toutes ces informations sont utiles pour ensuite mieux comprendre le texte.

2 : Effectuer une première lecture rapide de la contraction de texte

Il y a plusieurs méthodologies pour faire un résumé de texte. Ici, je vais vous présenter une méthode, mais je ne garantis pas que celle-ci soit la meilleure.

L’idéal est de faire une première lecture en utilisant la lecture rapide.

Se forcer à lire rapidement est une astuce pour ne pas se déconcentrer. En effet, c’est comme un challenge qui vous force à accomplir quelque chose : lire le texte rapidement. Cela a pour conséquence de stimuler votre cerveau et vous restez plus concentré.

L’objectif de cette première lecture est de comprendre globalement de quoi parle le texte.

Le deuxième objectif est d’essayer de résumer le texte en une phrase ou deux, pour résumer la pensée de l’auteur. Bien sûr, vous avez lu le texte très rapidement, peut-être que vous n’êtes pas sûrs de vous, ce qui est normal. Vous aurez le temps de revenir dessus ensuite mais c’est un très bon point de départ pour la suite.

Repérez également lors de cette première lecture les différents paragraphes, ce qui vous sera utile par la suite.

Pour recevoir le mail de la semaine (chaque lundi), composé d’un conseil, une astuce, un point d’actualité, un article, une vidéo : c’est ici

3: Travailler sur les paragraphes de la contraction de texte

Ensuite, vous allez effectuer la « longue lecture ».

Il s’agit maintenant de lire chaque paragraphe attentivement et d’en tirer les informations importantes. Il n’est pas conseillé d’effectuer cette grosse lecture avant d’avoir effectué la première lecture puisque vous n’auriez pas saisi le message global du texte.

Pour chaque paragraphe, essayez de résumer la pensée de l’auteur.

Dans le paragraphe, certaines informations sont très utiles.

Par exemple, les connecteurs logiques sont très intéressants à analyser car ils témoignent des différentes étapes de la réflexion de l’auteur.

  • Certains correcteurs marquent le temps (dans un premier temps, en premier lieu, tout d’abord, d’abord, ensuite, enfin, au début ou également des dates : en 1990, dans les années…)
  • Ensuite, il y a les correcteurs logiques qui marquent la cause : puisque, en raison de, vu que…
  • Certains marquent la conséquence : alors, donc, ainsi…
  • D’autres maquent l’opposition : Mais, au contraire, pourtant, cependant, en revanche…

4 : Que faire avec les mots de vocabulaire qu’on ne comprend pas dans une contraction de texte ?

La première possibilité est qu’il y ait une note qui donne une explication de ce mot, c’est sûr que dans ce cas c’est beaucoup plus simple.

Mais cela ne peut pas suffire pour vous permettre de comprendre et il n’y a pas forcément cette note.

Dans ce cas, essayez d’utiliser le contexte global du texte pour comprendre. Vous pouvez essayez de relire quelques phrases en arrière pour comprendre le sens du mot/ phrase ou alors surligner ce mot puis y revenir dessus après en ayant lu plus du texte.

Attention cependant, comprendre tous les mots du texte n’est pas forcément nécessaire pour avoir une bonne compréhension globale du texte et donc rendre un travail de qualité. Attention donc à ne pas trop essayer de vouloir tout comprendre.

5 : L’importance du champ lexical dans les textes.

En lisant votre texte, essayez d’attacher de l’importance au champ lexical.

En effet, connaître le champ lexical d’un texte, d’un paragraphe peut être utile.

Si un texte utilise un champ lexical en abondance, il sera alors indispensable de l’utiliser lors du résumé que vous allez faire.

Effectivement, dans certains textes, il est possible que le champ lexical utilisé soit totalement lointain du sujet traité, ce qui peut être un message indirect.

L’idée est d’être capable de comprendre un sous-entendu et de le retranscrire ensuite dans votre travail écrit.

6 : Le travail sur les mots-clés

Il y a deux étapes dans le travail sur les mots-clés. Lors de la première lecture, notez les quelques mots les plus importants du texte : les mots-clés du texte.

Ensuite, lors de la plus longue lecture, surlignez le mot-clé de chaque paragraphe.

Certains mots peuvent faire partie des deux catégories de mots-clés.

Ce seront des mots que vous pourrez utiliser tels quels. En effet, lors de votre travail écrit, il faudra essayer pour les autres mots de reformuler ou trouver des synonymes mais pas pour ces mots.

Cela pour deux raisons :

  • Vous avez le droit de les utiliser car ce sont les mots les plus importants du texte donc il est légitime de les réutiliser tels quels.
  • Mettre des mots du texte permet d’être très explicite et de faire référence à une partie du texte de manière claire. Votre propos gagne en clarté et vous évitez d’être flou.

Ces deux raisons font que chercher un mot clé à réutiliser est ultra efficace pour gagner en clarté lors du rendu écrit.

Voilà, vous êtes maintenant capable d’optimiser la lecture d’une contraction de texte.

Il est normal qu’il ne soit pas évident de toujours garder la motivation en prépa. C’est pourquoi j’ai écris un article sur comment conserver la motivation en prépa HEC : ici