fbpx

En prépa HEC, la quantité d’information à ingurgiter est très importante. De ce fait, la question de ficher ou non son cours se pose rapidement.

Il y a l’idée commune selon laquelle ficher son cours demande du temps mais représente un investissement pour ensuite gagner du temps dans le futur. Mais cela peut représenter plusieurs problèmes.

Le premier est si l’étudiant garde trop d’éléments dans sa fiche. La quantité de fiches peut vite elle aussi devenir astronomique et les bénéfices de la fiche ne sont alors plus présents. Le problème est qu’il est parfois assez compliqué pour un élève de savoir ce qui est le plus important à garder.

Le deuxième est que le temps passé à ficher peut lui aussi être très important. Ce temps utilisé à ficher est un temps qui n’est pas utilisé dans d’autres matières ou pour apprendre son cours. En effet, ficher n’est pas apprendre. Certains diront qu’en fichant leur cours ils l’apprennent indirectement mais il s’agit d’une excuse pour remettre au lendemain une activité qui va leur demander beaucoup d’efforts.

Enfin, une fiche ne sert à rien si elle n’est pas relue ensuite. La plupart du temps, les étudiants font des fiches qu’ils ne relisent pas, ce qui ne sert à rien. Dans cet article, vous verrez comment vous forcer à relire vos fiches.

Nous allons voir dans cet article tous les conseils et astuces pour faire une fiche de cours efficace.

1 : Pour bien démarrer, pourquoi faire une fiche ?

Il faut bien partir d’un point de départ. Vous n’êtes peut-être pas encore adepte des fiches. Soit vous hésitez à en faire, soit vous n’êtes pas encore en prépa et vous aimeriez savoir pourquoi faire des fiches est important.

En arrivant en prépa vous allez vite vous rendre compte que les chapitres sont beaucoup plus longs que lorsque vous étiez au lycée. Et il y a aussi beaucoup plus de chapitres, mais ça, vous vous en rendrez compte à la fin de la prépa.

La fiche a donc l’avantage de réduire la taille du cours en ne gardant que ce qui est important.

Comment fait-on ça ?

Par exemple, pour un élément de cours complexe, votre prof a sûrement écrit plusieurs phrases pour vous permettre de bien le comprendre. Il a reformulé de différentes manières pour que vous ayez plusieurs façons de le dire. Quand vous fichez, vous devez bien comprendre cet élément de cours puis le réduire à une seule phrase. Ensuite, lorsque votre prof vous donne plusieurs exemples, vous pouvez n’en garder qu’un. Il vaut mieux un exemple bien expliqué que plusieurs exemples très peu développés.

En fait, vous devriez ne garder sur votre fiche qu’une manière élégante de dire les choses. Par exemple, s’il faut citer un terme important en copie, gardez ce mot et soulignez-le. Par exemple, pour parler du fordisme, les mots “travail à la chaîne”, “5 dollars a day (l’ancêtre du salaire d’efficience)” sont des mots qui différencient cette théorie du taylorisme et qui apportent donc en précision et en exactitude, il faut donc bien les mettre en valeur sur votre copie.

L’utilité de la fiche dépend des matières :

– Les matières littéraires (où il y a une dissertation au concours) sont sûrement celles pour lesquelles la fiche est la plus utile. Cela comprend la géopolitique et l’ESH mais aussi l’épreuve de culture générale. Là encore, les spécificités ne sont pas les mêmes. En général, en culture générale on attend une structure beaucoup plus simple (auteur et exemple par sous-partie) alors qu’en ESH et en géopolitique il n’est pas rare de voir plusieurs auteurs par sous-partie, puis un exemple, puis un chiffre, puis revoir un auteur… Cela change donc considérablement votre manière d’apprendre et donc de ficher. Cliquez ici pour accéder à l’article qui vous présente une copie qui a obtenu 18/20 en culture générale à HEC.

– Les langues. On peut distinguer plusieurs apprentissages en langues. Le vocabulaire est la première chose à apprendre. Faire des fiches de vocabulaire est complètement inefficace car il existe aujourd’hui des applications qui permettent d’apprendre le vocabulaire plus facilement (Anki).

Les règles de grammaire : dans ce cas il peut être utile de faire des fiches par règle de grammaire. Je vous conseillerais cependant de vous équiper soit d’un livre, soit d’un cours très précis pour savoir combien de fiches vous devrez faire. Soyez clair sur le fait que vous allez avoir à ficher 30 règles de grammaire (par exemple), comme ça vous fichez une règle de grammaire par jour pendant un mois par exemple. Cela permet de vous motiver.

Les connaissances d’actualité et de civilisation. Elles peuvent être utiles mais ne retenez que ce vous allez dire en copie. Par exemple, en Espagnol, j’ai appris des phrases par cœur sur toute la civilisation d’Espagne et d’Amérique latine. Ces phrases faisaient environ 30 mots chacune. Pour la question 2 j’ai utilisé trois de ses phrases. Ça fait déjà 90 mots/200 sans fautes et assez sophistiqués. Pourtant, je n’étais pas bon en Espagnol.

– Les maths. Là, ficher le cours, c’est clairement une perte de temps. Vous pouvez ne noter que les propriétés mais certains livres le font déjà très bien. Rien ne vous empêche d’écrire sur une feuille plusieurs fois une propriété pour l’apprendre mais rien ne sert de garder cette feuille ensuite. Ce que vous pouvez ficher cependant, c’est ce que vous avez appris sur chaque exercice. Plutôt que de ficher l’exercice en lui-même, ficher le petit élément qui vous a permis de réussir l’exercice ou qui justement vous a manqué. Mettez-tout ça dans un cahier et relisez-le avant chaque DS.

Pourquoi faire une fiche peut être néfaste si vous le faites mal ?

Dans l’idéal, une fiche devrait représenter en nombre de mots 10% de votre cours. Ce qui est super difficile. C’est pourquoi le mieux est d’abord d’apprendre votre cours et d’ensuite faire la fiche. Attention cependant, en ayant appris votre cours vous allez écrire des choses sur votre fiche en étant dans un état de maîtrise de votre cours. Donc, si vous ne revoyez pas votre fiche régulièrement, vous risquez de ne plus comprendre votre fiche par la suite.

Je parle souvent de différence entre court terme et long terme dans mes articles. L’idéal est toujours d’avoir une vision de long terme. Le pire est donc de travailler énormément pour un DS et de ne plus travailler après. L’idéal : apprenez par cœur votre chapitre pour le DS sans le ficher (apprendre par cœur à de nombreux bénéfices). Faites votre DS au mieux. Puis, une fois que vous êtes en weekend, fichez votre cours. Ensuite, utilisez le mécanisme de la mémoire espacée, aussi appelé méthode des rappels. Revoyez votre fiche régulièrement (3j, une semaine, deux semaines…).

L’application anki vous permet d’utiliser ce mécanisme de mémoire espacée puisque chaque jour vous avez des cartes de révision. Celles-ci sont choisies selon ce mécanisme. Ainsi, les cartes “reviennent” avec un espace de plus en plus grand de telle sorte que vous ne les oubliez pas mais que vous n’ayez pas besoin de les réviser tous les jours. Cette application est particulièrement adaptée aux éléments de cours courts tels que les dates, les noms d’ouvrage, les mots de vocabulaire, les définitions.

L’un des autres problèmes de la fiche est que lire une fiche n’est pas efficace. Souvent, vous allez vous déconcentrer et penser à autre chose ou être tenté de regarder votre téléphone. Il vaut mieux être actif par rapport à son cours, toujours se demander la suite du cours. Par exemple, si vous arrivez au titre d’une partie de votre cours, demandez-vous ce qu’il y a dedans. Regardez ensuite et quand vous voyez un auteur, essayez de réciter dans votre tête sa théorie, puis vérifiez si c’est correct.

Anki est encore une fois une solution adéquate car il permet d’être stimulé et challengé à chaque fois. Vous êtes toujours dans un apprentissage actif.

Le seul problème d’Anki est qu’il paraît compliqué de mettre tout son cours dans Anki. Lors de ma classe prépa, j’ai longtemps réfléchi à la question et j’ai trouvé un moyen de le faire et je vais vous l’expliquer, libre à vous de l’appliquer ou non.

Le compromis parfait pour ficher son cours : Anki.

Comme je vous l’ai dit : Anki a l’avantage de rendre l’utilisateur totalement actif par rapport à son cours. De plus, en utilisant le principe de rappel, l’application permet d’apprendre toujours plus d’informations à long terme. Néanmoins, elle parait difficilement utilisable pour ficher un long cours mais je vous propose ici une solution.

Si vous n’avez pas encore anki, je vous conseille de le télécharger pour profiter au mieux de cette partie : cliquez ici. De nombreux tutoriels existent pour l’utiliser.

Enfin, cette méthode fonctionne avec toutes les applications de flashcards. Il n’est pas obligatoire d’avoir spécifiquement Anki. Assurrez-vous néanmoins que ces applications de flashcards utilisent le principe de mémoire espacée.

Voici un exemple de cours à ficher.

I. Première partie

A. première sous partie

Idée 1 : l’idée 1 de cette première sous partie avec un contenu important (un auteur, un chiffre ?)

Idée 2 : l’idée 2 de cette première sous partie : détails…

Idée 3 : l’idée 3 de cette première sous partie : détails…

B. deuxième sous partie

Idée 1 : détails…

Idée 2 : détails..

Idée 3 : détails…

 

Je vais donc vous dire ce qu’il faut rentrer sur Anki et ce qu’il faut noter sur une feuille. L’avantage est que vous aurez une trace sur votre papier (qui sera votre fiche) mais ce sera très concis et donc très rapide à relire.

Première étape : s’interroger sur les idées.

Vous allez faire des cartes anki qui vont vous interroger sur l’ensemble des idées. Je vous donne un exemple très concret. Voici une idée possible : Sur la croissance, vous parlez de Schumpeter : pour Schumpeter, la croissance vient de l’innovation. Pour lui l’innovation c’est…

Votre carte devra être “Schumpeter sur la crosisance” réponse : “La croissance vient de l’innovation (=application d’une invention au processus productif)”.

A partir de ce moment, vous pourriez simplement faire une fiche en notant le plan de votre cours et en étant très concis.

FICHE :

I. première partie

A. Grand A

Schumpeter

Mot qui renvoie à l’idée 2

Mot qui renvoie à l’idée 3…


Votre fiche est ainsi parfaitement adapté à un apprentissage efficace. Elle ne prend pas trop de place et quand vous la lisez, vous vous interrogez constamment (en lisant Schumpeter vous devez vous rappeler sa théorie).

Vous pouvez aller encore plus loin sur Anki :”quelles sont les trois idées dans le A” réponse ” Schumpeter, idée 2 , idée 3″et encore plus loin :” Quelles sont les grandes parties du cours ?” …


Avec cette méthode, vous avez une fiche concise et efficace et je peux vous assurer que vous connaîtrez largement plus de choses que si vous appreniez avec une fiche classique. J’ai appliqué cette méthode tout au long de ma deuxième année et elle m’a permis de retenir énormément de choses.
Si vous avez des questions sur l’utilisation de cette méthode, n’hésitez-pas à le faire dans les commentaires.

CONCLUSION

Chaque personne est différente. Certaines personnes ne ressentent pas le besoin de ficher, d’autres fiches le moindre bout de cours. Pour répondre aux problèmes très classiques du fichage de cours, je vous propose cette méthode qui vous permettra d’avoir une seule fiche pour un chapitre très long.

Pour en savoir plus sur les méthodes pour réussir sa prépa, je vous renvoie à un autre article : https://reussirsaprepa.fr/top-5-des-astuces-pour-reussir-votre-prepa/